Colloques

Isaac Strauss, musicien et collectionneur sous le Second Empire

Dimanche 18 novembre
10 h 30 - 16 h 30

Sous la direction de Laure Schnapper, EHESS, et de Jean-Claude Yon, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, EPHE.
Avec la participation de Dominique Jarrassé, université de Bordeaux III ; Cédric Kleinklaus, musicien ; Corinne Legoy, université d’Orléans ;
Xavier Mauduit, historien ; Laure Schnapper et Jean-Claude Yon

Isaac Strauss (1806-1888), arrière-grand-père de Claude Lévi-Strauss, a constitué au XIXe siècle un importante collection d’oeuvres et d’objets d’art, au sein de laquelle les judaica sont à l’origine de la collection du mahJ. Il put se livrer à sa passion de la collection grâce à une carrière musicale exceptionnelle. Proche de l’impératrice Eugénie, le « Strauss de Paris », d’abord violoniste, se fit connaître comme chef d’orchestre, compositeur et entrepreneur de concerts, notamment à Vichy et à l’Opéra de Paris, jusqu’à la fin du Second Empire.
Sa carrière de chef  d’orchestre et la musique qu’il composa pour les bals n’avaient jusque-là jamais été étudiées.

 


 

Réserver

Les Mendelssohn, une dynastie juive aux prises avec la modernité

Dimanche 2 décembre
9 h 30 - 18 h

Sous la direction de Dominique Bourel, CNRS, université de Potsdam, auteur de Moses Mendelssohn. La naissance du judaïsme moderne (Gallimard, 2004)
Avec la participation de : Eli Schonfeld, Shalem College, Jérusalem ; Marc B. de Launay, CNRS ; Sonia Goldblum, université de Nancy ; Maiwenn Roudaut, université de Nantes ; Françoise Tillard, université Paris III-Sorbonne ; Christoph Schulte, université de Potsdam, coresponsable des Mendelssohn Studien ; Diane Meur, écrivain

Penseur de la Haskalah, les « Lumières juives », le philosophe Moses Mendelssohn (1729-1786) est une figure centrale de l’histoire juive. Son oeuvre philosophique est à l’origine de la modernité juive européenne, mais certains auteurs considèrent qu’il a posé les bases de la dissolution dans l’assimilation, à l’instar de ses petits-enfants, Felix Mendelssohn-Bartholdy et Fanny Mendelssohn-Hensel, compositeurs convertis au protestantisme, dont les nazis proscriront pourtant les oeuvres en raison de leurs origines.
Le colloque présentera les nouvelles recherches sur Moses Mendelssohn, ses influences en Europe et sa contribution à l’articulation du judaïsme avec le monde contemporain.
On suivra aussi son empreinte sur diverses traditions philosophiques.

Réserver

Le Judaïsme : une tache aveugle dans le récit national

Jendi 17 janvier et vendredi 18 janvier
9 h - 17 h

Sous la direction de Paul Salmona, directeur du mahJ
En partenariat avec la Nouvelle Gallia judaica et l’émission « La Fabrique de l’Histoire » de France Culture

Malgré une abondante production historiographique depuis le début du XIXe siècle, le judaïsme reste, en France, une « tache aveugle » tant dans le récit national que dans la mise en valeur de son patrimoine monumental ou muséographique. Peu de synthèses, de manuels scolaires ou universitaires mentionnent la présence juive de l’Antiquité à nos jours comme un trait significatif de l’histoire de notre pays. Ce colloque analysera les ressorts de cette absence et fera le point sur les moyens de mieux inscrire la présence juive dans l’histoire de France.

Réserver

Gérard Nahon

Jeudi 31 janvier
9 h 30 - 18 h

Gérard Nahon, disparu en janvier 2018 à l’âge de quatre-vingt-sept ans, a été une grande figure des études juives en France. Cette journée se propose d’explorer les nombreux champs couverts par son oeuvre, parmi lesquels l’histoire des communautés juives de la France médiévale et l’histoire des périphéries sépharades.
Gérard Nahon a succédé à Bernard Blumenkranz comme directeur de la Nouvelle Gallia judaica, et fut directeur de la Revue des études juives de 1980 à 1997.
Cette journée rassemblera les contributions de chercheurs s’inscrivant dans la continuité de ses travaux. Elle sera précédée, mercredi 30 janvier 2019, par une soirée d’hommage àl’Alliance israélite universelle, partenaire de l’événement.

Réserver