Rencontres

Freud et la psychanalyse face à la montée des périls

En savoir plus

Mercredi 5 décembre
19 h 30

Avec Laurence Kahn, psychanalyste, membre de l’association psychanalytique de France, auteur de Ce que le nazisme a fait à la psychanalyse (PUF, 2018) ; Jean-Michel Rey, université Paris VIII, auteur du Suicide de l’Allemagne. Sur le Moïse de Thomas Mann (Desclée de Brouwer, 2018)
Rencontre animée par Emmanuel Laurentin, producteur de « La Fabrique de l’histoire » sur France Culture

Est-il imaginable que la psychanalyse soit demeurée indemne face au nazisme ? Retour sur les essais de Freud de l’entre-deux guerres Psychologie des masses et analyse du moi (1921), Pourquoi la guerre ? (1932), traduisant notamment ses préoccupations sur la transformation de la haine individuelle en psychose collective. La Loi (1943), récit de Thomas Mann, rejoint la pensée de Freud exprimée dans L’Homme Moïse et la religion monothéiste (1939).

Complet

Ossip Mandelstam

En savoir plus

Jeudi 6 décembre
19 h 30

A l’occasion de la parution du coffret en deux volumes des OEuvres omplètes d’Ossip Mandelstam (coédition Le Bruit du temps-La Dogana, 2017, traduction du russe, édition et présentation par Jean- Claude Schneider).
Avec la participation de Jean-Claude Schneider, traducteur et poète, Ralph Dutli, auteur de la biographie Mandelstam. Mon temps, Mon fauve (Le Bruit du Temps – La Dogana, 2012) et Emmanuel Laugier, poète et critique littéraire.
Rencontre modérée par Norbert Czarny, critique à En attendant Nadeau

« Ossip Mandelstam est un mythe. En Russie et dans le monde entier, on le considère comme un martyr de la poésie, qui paya son oeuvre de sa vie. Il est surtout célèbre pour avoir été victime de persécutions politiques et pour avoir écrit un poème implacable dénonçant Staline » Ralph Dutli
Célébré par Nabokov et Pasolini, traduite par Paul Celan, l’oeuvre de Mandelstam (1891-1938), ce poète opiniâtrement amoureux de la vie qu’il n’a cessé de célébrer jusqu’à son dernier souffle, est un hymne à la dignité fragile de l’homme dans une époque menaçante, et à la liberté.

Complet

Freud et les écrivains, Freud écrivain

En savoir plus

Mercredi 12 décembre
19 h 30

Avec la participation de Jacques Le Rider, EPHE, auteur de Karl Kraus, phare et brûlot de la modernité viennoise (Seuil, 2018) et Michel Gribinski, membre de l’Association psychanalytique de France, directeur de l’édition de l’oeuvre de Freud dans la collection « Quarto » (Gallimard, à paraître).
Rencontre modérée par Alain Finkielkraut, journaliste.
Suivie d’une lecture de textes par Martin Ploderer, comédien.

Littérature et psychanalyse ne visent elles pas un même objet, à savoir rendre compte de la complexité de l’âme humaine ? Freud n’a cessé de puiser dans la littérature et a tissé des liens avec de nombreux écrivains. Nous nous concentrerons sur les auteurs contemporains de Freud comme Stefan Zweig ou Arthur Schnitzler qu’il tenait pour son « double » et d’autres qui furent plus critiques à son endroit comme Karl Kraus ou Robert Musil. Nous interrogerons
également Freud « écrivain », ses concepts latents et également sa langue allemande et les problématiques de sa traduction en français. 

Complet

Charlotte Salomon sur scène

En savoir plus

Jeudi 13 décembre
19 h 30

Avec la participation de : Muriel Coulin, metteur en scène ; Sephora Haymann, collaboratrice artistique ; Yves Heck, comédien
Rencontre modérée par Joshka Schidlow, journaliste

1940, Charlotte Salomon, vingt-trois ans, crée une oeuvre complexe, un cheminement fulgurant de 1325 gouaches. 1943, elle est déportée et assassinée à
Auschwitz. Comment mettre en scène la vie et l’oeuvre de Charlotte Salomon ?
Muriel Coulin revient sur le processus créatif de sa pièce, Charlotte, et nous explique comment elle a puisé dans la vie et l’oeuvre de la jeune artiste, ainsi que dans le roman Charlotte de David Foenkinos, et a associé archives, témoignages, documents et dialogues pour faire renaître Charlotte Salomon par le théâtre.

Réserver

Erri de Luca

En savoir plus

Dimanche 16 décembre
16 h

« J’étudie l’hébreu, je lis la Bible. Des pages, des mots m’ont révélé une part de leur vérité et m’ont incité à la faire partager. Je n’ai pas adapté le texte […], je m’y suis soumis. »
Ainsi s’ouvre le roman d’Erri De Luca Un nuage comme tapis (Gallimard, 2015).
L’auteur est un passionné des mots et des langues : l’hébreu, le napolitain, le yiddish. Il nous entraîne dans son monde, à l’écoute des mots et des hommes.

Réserver

Yevgeniy Fiks, Yiddish Cosmos

En savoir plus

Dimanche 6 janvier
17 h

À l’occasion de son exposition « Yiddish Cosmos » à la galerie Sator (5 janvier-9 février 2019)
Avec la participation de : Yevgeniy Fiks, artiste plasticien ; Blanche Grinbaum-Salgas, conservateur en chef du patrimoine honoraire ; Vincent Sator, galeriste
Rencontre modérée par Juliette Milbach, EHESS

À travers sa biographie personnelle et une réflexion identitaire, l’artiste Yevgeniy Fiks (né en URSS en 1972) s’interroge sur le rôle de la culture juive en
Union soviétique. À partir d’éléments mémoriels peu connus voire refoulés, il met en avant dans ses créations plastiques la complexité de la relation de l’URSS à la question juive, à la fois d’un point de vue historique et utopique, en particulier autour du Birobidjan. 

Réserver

Freud neurologue et biologiste

En savoir plus

Mercredi 9 janvier
19h 30

Avec François Ansermet, université de Genève ; Laura Bossi-Régnier, neurologue et historienne des sciences ; Lionel Naccache, université Pierre-et- Marie-Curie (sous reserve)
Rencontre modérée par Antoine Mercier, France Culture.

En 1896, lorsque Sigmund Freud emploie pour la première fois le terme de « psychanalyse », il a derrière lui une expérience de vingt ans comme  neuroanatomiste et neurologue clinicien. Il a participé aux deux grandes entreprises de recherche sur le cerveau de son temps, la caractérisation des
cellules nerveuses et les localisations cérébrales. Il a aussi travaillé dix ans comme neuropédiatre et publié un livre sur les paralysies infantiles. Dans son Esquisse d’une psychologie pour neurologues (1895) il annonce une vision de la mémoire plastique, qui inscrit et retranscrit, réordonne et recrée les souvenirs, qui au xxe siècle fascinera des savants comme les prix Nobel Eric Kandel ou Gerald Edelman.

Réserver

Ismaël et Isaac

En savoir plus

Mercredi 16 janvier
19h 30

À l’occasion de la parution de l’ouvrage de Gérard Haddad Ismaël et Isaac. La civilisation gréco-abrahamique (Premier Parallèle, 2018).
Avec la participation de Gérard Haddad, psychiatre, psychanalyste, et de Ghaleb Bencheikh, islamologue, producteur de « Questions d’islam » sur France Culture
Rencontre modérée par Frédérick Casadesus, journaliste

La fraternité non comme lien, mais comme racine du conflit et de la violence humaine, surgit de la théorie du fanatisme élaborée par Gérard Haddad. La lecture de la Genèse, qui s’ouvre par Caïn tuant son frère Abel, fait du fratricide une fatalité. Mais ce livre nous montre aussi une autre voie, la relation de bon voisinage entre Ismaël et Isaac, enterrant leur père ensemble. L’auteur change de prisme et propose le concept de « civilisation gréco-abrahamique », qui intégrerait l’islam. Une autre attitude psychique seraitelle possible ?

Réserver

Les rêves et leur interprétation

En savoir plus

Mercredi 23 janvier
19 h 30

Autour des ouvrages Les rêves et leur interprétation dans le Talmud d’Alexander Kristianpoller (Verdier, 2017) et L’interprétation des rêves de Sigmund Freud (1899)
Avec la participation de René Levy, philosophe, et Andreas Mayer, historien des sciences, CNRS-EHESS.
Rencontre modérée par Marc-Alain Ouaknin, France Culture (en attente)

A l’aube de la Grande Guerre, le philosophe Alexander Kristianpoller (1884-1942), issu d’une famille de rabbin cultivés, termine une étude sur les rêves et leur interprétation dans le Talmud. Il s’attache à démontrer combien la société juive, même pharisienne, a été poreuse au monde gréco-romain, à ses superstitions comme à sa culture en se référant à la clé des songes la plus célèbre de l’Antiquité, les Onirocritiques d’Artémidore. Au même moment, en
1914, Freud publie à Vienne également la quatrième édition de L’interprétation du rêve, révisée et augmentée. On remarque que dans cette nouvelle édition Artémidore apparaît comme le précurseur de la méthode psychanalytique qui considère le rêve comme la voie royale menant à la connaissance de l’inconscient de la vie psychique. Ce dialogue entre ces deux textes contemporains interrogera le rêve comme porteur d’une histoire des moeurs et croyances et de désirs inconscients.

Complet