Activités pour adultes

Empreinte de rêves

En savoir plus

Mercredi 28 novembre
de 18 h 15 à 20 h 45

Atelier gravure
Par Yaële Baranes, conférencière du mahJ et plasticienne
12 participants au maximum

Après avoir visité l’exposition et découvert les gravures d’Odilon Redon, de Max Ernst et de Max Klinger, les participants s’initieront à la technique de la gravure. Au cours de trois séances, ils réaliseront leur propre oeuvre gravée en lien avec les thèmes freudiens de l’inconscient et du rêve.

Réserver

Le temps d'une rencontre : Autour de Colette Brunschwig

13 places restantes
En savoir plus

Mercredi 19 décembre
de 19 h à 20 h

Par Marcel Cohen, écrivain, Robert Lévy, philosophe, et en présence de Fanny Schulmann, conservatrice du mahJ

Née au Havre en 1927, Colette Brunschwig commence à peindre en 1955. Résolument tournée vers l’abstraction, elle interroge la possibilité de créer après le choc de la Seconde Guerre mondiale. « Repartir à zéro, comme si la peinture n’avait jamais existé », écrivait à la même époque Barnett Newman, dont l’écrivain Marcel Cohen souligne l’importance pour Colette Brunschwig. L’artiste a développé son oeuvre dans un dialogue permanent avec des penseurs et intellectuels, comme Marcel Cohen et le philosophe Robert Lévy, qui ont souvent écrit sur son travail. Ils présenteront ici leur regard sur les oeuvres de Colette Brunschwig donnée au mahJ par l’une de ses galeristes, Esther Topiol.

Réserver

Le regard de : Erri De Luca

1 place restante
En savoir plus

Dimanche 16 décembre
de 11 h à 12 h

Écrivain, poète, traducteur de l’hébreu et du yiddish, Erri De Luca parle de la vie avec des mots exigeants, dépouillés, essentiels. Ses livres nous relatent des gestes antiques et creusent le temps. Dans la salle consacrée au monde ashkénaze traditionnel, Erri De Luca pose son regard sur le portrait Le Père (1911) de Marc Chagall (1887-1985) et entre dans les arcanes de la relation entre un père et un fils.

Réserver

Le temps d'une rencontre : Evreïskaïa Grafika de Nathan Altman

21 places restantes
En savoir plus

Mercredi 16 janvier
de 19 h à 20 h

Par Nathalie Hazan, ancienne conservatrice du mahJ

Nathan Altman (1889-1970) appartient à la génération d’artistes juifs pour lesquels l’expérience vécue lors la mission ethnographique organisée par Shlomo Ansky (1863-1920) dans la « zone de résidence », où étaient cantonnés les juifs dans l’Empire russe avant la Première Guerre mondiale, fut fondatrice. Il fut sans doute celui qui sut d’emblée conjuguer, subtilement et librement, une tradition juive retrouvée avec les principes cubistes. En témoigne le cycle Evreïskaïa Grafika (« Graphique juive »), réalisé par Altman à partir des relevés des stèles funéraires qu’il effectua dans sa région natale, à Gritsev, et qui fut publié en 1923 à Saint-Pétersbourg.

Réserver